Du stylet à la tablette : résumé des interventions

Journée n°1

Journée 1

Le 22 mai 2019, à la MSH de Clermont-Ferrand, s’est tenue la journée d’études sur l’apport des outils numériques dans l’apprentissage des langues anciennes

 

« La création d’une méthode de langue latine interactive pour étudiants à distance : retour d’expérience »

Laure Échalier


MCF de langue et littérature latines à l’université Paul Valéry à Montpellier et qui a été chargée de la mission Initiative d’excellence en formations innovantes (Idefi) sur la réussite en première année de licence et qui s’est également longtemps occupée de la formation à distance 

Laure Échalier présente le manuel latin réalisé par l’université de Montpellier dans le cadre d’un appel à projet pour l’Université Ouverte des Humanités. Ce manuel, disponible gratuitement en ligne, offre une remise à niveau pour tous ceux qui ont quelques bases en latin et sont désireux de reprendre l’apprentissage de cette langue.  

Ce manuel a été conçu pour un usage totalement autonome. Sa richesse réside entre autres dans la batterie d’exercices interactifs proposés. L’apprenant peut les réaliser directement en ligne ; pour la plupart d’entre eux, les réponses sont évaluées et les erreurs analysées ; un corrigé est systématiquement fourni. Cette rétroaction est essentielle pour permettre de comprendre ses erreurs et de progresser. Le succès des exercices tient à leur diversité qui évite la lassitude dans l’acquisition des éléments de morphologie mais permet aussi de mobiliser des compétences plus poussées (repérage de la structure d’une phrase et traduction). 

L’articulation entre l’usage de ce manuel et un cours en présentiel est également abordée par l’enseignante, puisque, après l’avoir testé dans le cadre d’un enseignement à distance, elle l’utilise à présent également dans ses cours de licence. 

 

  

« Une approche nouvelle du latin pour débutants ou le renouvellement de méthodes anciennes par les TICE? Un exemple d'utilisation de Moodle en cours de langue latine. »

Bruno Bureau et Aliénor Cartoux

Lscsdc

Bruno Bureau, Professeur de langue et littérature latines à l’université Lyon 3

Responsable de formation :

  •         Certificat Informatique et Internet niveau 2 Enseignant (C2i2e)
  •         Licence Antiquité et Humanités (lettres classiques) : textes, langues, savoirs
  •         Master Edition numérique, sources et patrimoine

Aliénor Cartoux, docteur en littérature latine est actuellement en poste au collège R. Garros, à Villeneuve Saint-Georges

Bruno Bureau et Aliénor Cartoux ont décidé de mettre en œuvre une nouvelle approche pédagogique de l’enseignement de la langue latine avec des étudiants débutants, en s’appuyant sur les outils numériques de la plateforme Moodle de l’ENT de leur université. Le numérique est mis au service de la transformation de leur méthode d’enseignement, et ne vient pas simplement seconder un apprentissage plus traditionnel.
Bruno Bureau et Aliénor Cartoux ont décidé de mettre en œuvre une nouvelle approche pédagogique de l’enseignement de la langue latine avec des étudiants débutants, en s’appuyant sur les outils numériques de la plateforme Moodle de l’ENT de leur université. Le numérique est mis au service de la transformation de leur méthode d’enseignement, et ne vient pas simplement seconder un apprentissage plus traditionnel.

« Le portfolio numérique d'apprentissage : élaborer les savoirs en LLCA » 

Magdeleine Clo-Saunier
 

Magdeleine CLO-SAUNIER



Responsable du Master Métiers de l’enseignement du second degré à l’université de Grenoble

Le portfolio numérique est habituellement utilisé pour présenter d’une manière plus valorisante et plus complète un curriculum vitae. Développé dans le cadre du monde professionnel, il est apparu qu’il pouvait aussi se révéler très utile dans un contexte pédagogique. 
Magdeleine Clo-Saunier a expérimenté cet outil dans le cadre de son enseignement de la langue latine à des étudiants de lettres classiques et de la culture antique et à des étudiants non-spécialistes. Elle expose dans sa conférence les avantages du portfolio numérique, la manière de le mettre en œuvre, mais aussi ses limites. Une des finalités principales est de rendre l’étudiant acteur de son apprentissage, une autre est de l’amener à adopter une attitude réflexive sur celui-ci et donc à réfléchir sur sa propre progression. Certaines fonctionnalités, tels les liens hypertextes qui font que la lecture du portfolio n’est pas nécessairement linéaire, amènent ainsi à réfléchir différemment à la structuration d’un savoir selon une modalité d’organisation qui pourrait être celle par exemple d’une carte mentale. 

« Usages numériques pour la dynamique de cours » 

Marie-Laure Tres-Guillaume

ML Tres-Guillaume



Formatrice au numérique à l’INSPE (UCA) et professeur de lettres classiques au collège de Cournon. Membre actif de l’équipe du projet « Du stylet à la tablette»

Marie-Laure Tres-Guillaume de par sa double compétence d’enseignante de lettres classiques et de formatrice aux outils numériques, utilise depuis déjà plusieurs années les ressources numériques dans ses cours de latin au collège. Son exposé passe en revue la gamme très variée des outils à la disposition de l’enseignant pour favoriser l’interaction et donc l’apprentissage actif des élèves. 
Cette gamme d’applications se décline selon le type d’activité visé et mobilise différentes compétences chez l’élève. Pour prendre un exemple parmi les nombreux présentés par M.-L Tres-Guillaume, si des exercices interactifs sont le moyen dans un premier temps de vérifier des micro-apprentissages, ils peuvent ensuite être créés par les élèves eux-mêmes. La fabrication d’un exercice numérique permet d’acquérir les mêmes connaissances, mais en changeant la posture d’apprentissage par une inversion de la situation de cours et de la relation enseignant-apprenant. Elle permet aussi de développer des compétences métacognitives, procédurales (fabriquer une consigne, créer des questions complexes) et numériques.